JULIAN ROSEFELDT. WHEN WE ARE GONE

 

JULIAN ROSEFELDT
WHEN WE ARE GONE

Du 11 décembre 2022 au 3 septembre 2023

INFORMATION PRESSE

Autour de la nouvelle installation cinématographique acclamée de Julian Rosefeldt, baptisé EUPHORIA, en première institutionnelle européenne au Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte, se déroule une grande exposition des œuvres de l’artiste connu internationalement pour ses installations multi-écrans visuellement opulente et chorégraphiées avec virtuosité. L'exposition présente sept de ses travaux, pour certains monumentaux, datant des vingt dernières années dans des lieux qui leur sont consacrés dans et sous la halle des soufflantes de plus de 6 000 mètres carrés avec ses gigantesques machines et leurs volants d'inertie : elle se transforme ainsi en vitrine tout aussi géniale pour les réflexions audiovisuelles sur la société de l’artiste berlinois.

Prouesse artistique, EUPHORIA parcourt l’histoire du capitalisme et se demande pourquoi celui-ci semble à ce jour sans alternative. Des batteurs donnent le rythme, un chœur de jeunes chante : transposé par des images puissantes, ce collage de textes composé de citations allant d’Adorno à Snoop Dogg en passant par Einstein, Virginie Despentes et Michel Houellebecq se transforme en véritable film-opéra. Nous entrons dans le hall d’accueil d’une banque avec des employés en proie à l’ivresse des capitaux et de la danse, nous traversons un New York explosif en taxi avec Giancarlo Esposito, nous nous tenons près d’un braséro avec des sans-abri philosophes à Kiev ou avec des ouvrières travaillant à la chaîne dans un entrepôt de colis, nous écoutons de jeunes skateboarders dans un dépôt de bus abandonné et nous suivons un tigre animé avec la voix de Cate Blanchett dans un supermarché désert.

« Au cœur d’EUPHORIA se trouve la dynamique du capitalisme, ou plus précisément de l’économie de marché néolibérale débridée, avec ses enchevêtrements historiques, sociaux et politiques. Paradoxalement, pour pouvoir produire un travail critique, j’ai dû me soumettre sans cesse à la logique du système. Et ce système où nous vivons et que nous critiquons volontiers, c’est aussi nous tous », explique Julian Rosefeldt à propos de l’omniprésence du capitalisme.

Autre première institutionnelle européenne, PENUMBRA se projette dans un avenir indéterminé : dans un incroyable mouvement de décélération, nous découvrons une nouvelle planète, survolons ses paysages désertiques et plongeons dans les images au ralenti d’une rave enivrante à travers la cime des arbres d’une clairière, le tout sur les sonorités élégiaques des Scènes du Faust de Goethe de Robert Schumann. Apothéose et dernière danse de l’humanité ? Vision de la fin des temps ? Ce n’est pas pour rien que l’exposition est intitulée WHEN WE ARE GONE.

« JULIAN ROSEFELDT. WHEN WE ARE GONE est une œuvre d’art totale mêlant film, danse, texte et musique. S’emparant d’un moment et d’un monument tous deux emblématiques de l’anthropocène, cette rétrospective embrasse l’histoire, le présent et l’avenir avec une force sensorielle et une profondeur de pensée qui décontenanceront autant qu’elles fascineront le visiteur », déclare Ralf Beil, le directeur général du Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte et commissaire de l’exposition.

Outre les deux nouvelles installations cinématographiques, le public pourra découvrir des jalons de la carrière de l’artiste comme IN THE LAND OF DROUGHT (2015/17), THE SWAP (2015), DEEP GOLD (2013/14) et UNKNOWN SOLDIER (2007). Le travail le plus ancien, MEINE KUNST KRIEGT HIER ZU FRESSEN - HOMMAGE À MAX BECKMANN date de 2002. Cette installation vidéo se compose de séquences d’archive consacrées aux batailles de la Première Guerre mondiale, aux spectacles de variété des années folles, aux combats aériens de la Seconde Guerre mondiale et à New York, ville où la liberté a au moins sa statue. Réalisé en collaboration avec Piero Steinle pour la rétrospective Max Beckmann organisée à Paris au Centre Pompidou, ce collage sonore et visuel percutant met en exergue les motifs historiques et les idées à l’origine de l’œuvre du peintre allemand tout en évoquant les drames de la première moitié du XXe siècle.

UNKNOWN SOLDIER, le soldat inconnu en chute libre éclairé par une lumière stroboscopique, est d’une triste actualité à l’heure où la guerre est de retour en Europe. De manière similaire, la tension de cette danse au bord du gouffre que constitue DEEP GOLD, revival surréaliste des années 1920 sur fond de percussions, de tango et d’airs de Wagner, nous semble étrangement proche, malgré la distance. Dans THE SWAP, ce sont les poncifs du 7e art – échanges de valises, rituels autour des armes et autres pneus fumants – qui renvoient, par une répétition insistante, à leur omniprésence dans l’ensemble de la société et à toute l’absurdité et l’opacité des transactions financières. Enfin, l’installation IN THE LAND OF DROUGHT se veut un adieu puissant et méditatif à l’anthropocène, cette ère façonnée par l’homme. Des images magistrales prises par des drones montrent de minuscules êtres en combinaison blanche dans ce qui reste de la civilisation, vestiges antiques d’Afrique du Nord ayant servi de décors de films et autres terrils du bassin minier de la Ruhr.

Le catalogue
Parallèlement à l’exposition paraitra EUPHORIA, livre édité sous la direction de Ralf Beil pour le Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte. L’ouvrage rassemble l’intégralité du collage de textes réalisé par Julian Rosefeldt pour l’œuvre du même nom, des photos du making of et des images tirées des six épisodes de cette réalisation. Sans oublier des essais de Ralf Beil et d’autres auteurs autour de cette installation cinématographique.

 

JULIAN ROSEFELDT. WHEN WE ARE GONE
Les installations de films et de vidéos

EUPHORIA, 2016-2022
Installation cinématographique à 24 canaux, en boucle, 1 heure 54 minutes
Grande scène, Salle des soufflantes

PENUMBRA, 2019 – 2022
Installation cinématographique à un canal, en boucle, 1 heure 27 minutes
Petite scène, Salle des soufflantes

IN THE LAND OF DROUGHT, 2015/2017
Installation cinématographique à un canal, en boucle, 43 minutes
Salle de compression

THE SWAP, 2015
Installation cinématographique à un canal, en boucle, 15 minutes
Installation au sous-sol de la salle des soufflantes,
accessible par un escalier historique

DEEP GOLD, 2013/14
Installation cinématographique à un canal, en boucle, 18 minutes
Espace cinéma Salle de compression

UNKNOWN SOLDIER, 2007
Installation cinématographique à un canal, sans son, en boucle, 1 minute
Installation au sous-sol de la salle des soufflantes,
accessible par un escalier historique

Julian Rosefeldt / Piero Steinle
MEINE KUNST KRIEGT HIER ZU FRESSEN – HOMMAGE À MAX BECKMANN, 2002
Installation cinématographique à un canal en quatre parties, en boucle, 25 minutes au total
Installation dans le box de visionnage sous la galerie de la salle des soufflantes

 

JULIAN ROSEFELDT

Né en 1965 à Munich, Julian Rosefeldt a étudié l’architecture dans sa ville natale ainsi qu’à Barcelone et vit désormais à Berlin. Inspiré à la fois par l’histoire du cinéma, de l’art et de la culture populaire, l’artiste a une prédilection pour les contenus cinématographiques familiers, tendance très marquée au début de sa carrière. Il s’empare ainsi de ces éléments pour embarquer le spectateur dans des univers aussi surréalistes que théâtraux. Ce faisant, il use volontiers de l’humour et de la satire pour confronter le public aux rituels déconcertants du quotidien. Ces dernières années, il aborde de plus en plus les grands questionnements de notre époque, interrogeant les manifestes artistiques ainsi que la représentation du temps et de l’espace. Outre l’art et le cinéma, il s’intéresse tout particulièrement au théâtre et à la musique : il travaille dans le meilleur sens du terme, en transcendant les disciplines.

Depuis 2011, Julian Rosefeldt est professeur d’art médiatique à l’Académie des beaux-arts de Munich. Ses œuvres sont présentées dans le monde entier dans des musées, des festivals et des opéras.

Expositions monographiques récentes : Park Avenue Armory, New York (2022), Museum MACAN (2020), Jakarta, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Washington (2019), The Israel Museum, Jérusalem (2019), Hauser & Wirth, Los Angeles (2018), Musée d’Art Contemporain Montréal (2018), Auckland Art Gallery (2018), Nikolaj Kunsthal, Copenhague (2017), HOW Art Museum, Shanghai (2017), National Gallery Prague (2017), Park Avenue Armory, New York (2016), Hamburger Bahnhof – Museum für Gegenwart, Berlin (2016), Sprengel Museum Hanovre (2016) et ACMI – Australian Centre for the Moving Image, Melbourne (2015).

Choix de collections abritant ses œuvres : Art Gallery of New South Wales, Sydney | Australian Centre for the Moving Image, Melbourne | Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich | Berlinische Galerie, Berlin | CIFO - Cisneros Fontanals Art Foundation, Miami | Deutsche Bank Collection, Francfort-sur-le-Main | Fundación Helga de Alvear, Cáceres | Goetz Collection, Munich | Hoffmann Collection, Berlin | Kunstmuseum Bonn | Kunstmuseum Wolfsburg | MoMA – The Museum of Modern Art, New York | MUSAC – Museo de Arte Contemporáneo de Castilla y León, León | Nationalgalerie, Staatliche Museen zu Berlin | National Gallery of Victoria, Melbourne | Staatsgalerie, Stuttgart | Sprengel Museum, Hanovre | T-B A21 – Thyssen-Bornemisza Art Contemporary, Vienna | The Israel Museum, Jerusalem | Wemhöner Collection, Berlin.

 


Julian Rosefeldt EUPHORIA 2022

Véritable cœur de l'exposition, l'installation cinématographique immersive et spatialisée EUPHORIA interroge le credo de la croissance économique sans fin et se fait le reflet des multiples implications historiques et sociales du capitalisme et de sa forme la plus radicale - l'économie de marché néolibérale débridée. À partir des pensées et réflexions de plus de 100 écrivains, musiciens et philosophes, Julian Rosefeldt a réalisé un collage de textes qu’il fait dire à des personnages marginalisés. Monologues ou dialogues, ces fragments de textes accèdent à de nouvelles significations dans des scènes réelles ou imaginaires : c’est ainsi que le hall d’une banque devient le théâtre d’une chorégraphie et d’acrobaties surréalistes, que cinq sans-abri discutent des théories économiques ou qu’un tigre chantant traverse un supermarché désert. Dans ce voyage à travers l'histoire de la cupidité humaine, Julian Rosefeldt se demande pourquoi le système économique dans lequel nous vivons et agissons continue d’être aussi séduisant et prospère, malgré nos critiques à son égard et l’évidente fatalité de ses implications, que celles-ci touchent à la justice sociale ou à l’environnement.

Outre la musique pour chœur spécialement conçue par Samy Moussa et une composition de Cassie Kinoshi, EUPHORIA donne également à entendre les batteurs de jazz Terri Lyne Carrington, Peter Erskine, Yissy Garcia, Eric Harland et Antonio Sanchez. Ces derniers jouent au rythme de la machinerie capitaliste, accompagnant le cliquetis d'une chaîne de montage, symbolisant les fluctuations des cours de la bourse quand ils ne transposent pas en musique le brouhaha chaotique de New York. Dans cette installation cinématographique dont le dispositif rappelle un théâtre antique, ils sont rejoints par le Brooklyn Youth Chorus. Projetée grandeur nature, la formation agit comme une nouvelle version du chœur de la tragédie grecque – voix et conscience de la société.

EUPHORIA est une commande et une production de Park Avenue Armory.
Commande conjointe de la Ruhrtriennale, du Holland Festival et de RISING Melbourne, en coopération avec le Sydney Festival et le Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte

Musique : Samy Moussa, composition additionnelle : Cassie Kinoshi
Interprétée par le Brooklyn Youth Chorus ainsi que Terri Lyne Carrington, Peter Erskine, Yissy Garcia, Eric Harland et Antonio Sanchez

Avec : Giancarlo Esposito, Virginia Newcomb, Ayesha Jordan, Kate Strong, Jeff Wood, Erik Hansen, Tim Williams, Jeff Burrell, Robert Bronzi, Rocio Rodriguez-Inniss, Dora Zygouri, Esther Odumade, Tia Murrell, Asa Ali, Luis Rosefeldt, Richard Siegal, Nena Sorzano, Corey Scott-Gilbert, Jared Brown et la voix de Cate Blanchett

 

 

JULIAN ROSEFELDT
WHEN WE ARE GONE

Salle des soufflantes et salle de compression
Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte

Du 11 décembre 2022 au 3 septembre 2023

L’exposition en bref : présentation de l’œuvre de Julian Rosefeldt avec 7 installations cinématographiques, pour la plupart spatialisées, réalisées de 2002 à 2022, autour de la nouvelle grande installation EUPHORIA, en première institutionnelle européenne à l’usine sidérurgique de Völklingen.


Lieu d’exposition : 6000 mètres carrés, Salle des soufflantes et de compression

Commissaire d‘exposition : Dr. Ralf Beil, Directeur général Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte

Horaires d‘ouverture :
jusqu’au au 31 mars : tous les jours de 10h à 18h
à partir du 1er avril : tous les jours de 10h à 19h

Tarifs d’entrée au Patrimoine Culturel Mondial et dans toutes les expositions
17 € | réduit: 15 €
Jeune public et élèves jusqu’à 18 ans: entrée gratuite
(enfants jusqu’à 14 ans uniquement accompagnés d’un adulte responsable)
Étudiants, élèves et stagiaires jusqu’à 27 ans : entrée gratuite
(sur présentation d’une carte valable)
Carte annuelle: 45 €

Service visiteurs:
Tel. +49 (0) 6898 / 9 100 100
Fax +49 (0) 6898 / 9 100 111
visit@voelklinger-huette.org

www.voelklinger-huette.org

 

 

Avec le généreux soutien de

 

 

 

 

 

 

 

Interlocuteur

ArminLiedinger

Dr. Armin Leidinger

Communication / Presse

Téléphone: +49 (0) 6898 / 9 100 151
armin.leidinger@voelklinger-huette.org